1 514-363-3673
Sans Frais : 1 855-363-2886
08 juillet 2015

Le Ford Fiesta 2015, un véhicule jeune et fringant.

Par Gilles Dubien – LaSalle Ford

Le Ford Fiesta 2015, un véhicule jeune et fringant.

Un autre essai routier de Monsieur Tout le monde

C’était vendredi, le 3 juillet pour être plus précis! J’étais chez LaSalle Ford et j’avais un rendez-vous d’affaires à Verdun, presque à la frontière de l’arrondissement Ville-Marie au nord de l’arrondissement du Sud-Ouest. Je suis propriétaire d’un Ford Focus 2010 et question de joindre l’utile à l’agréable, j’ai décidé, pour m’y rendre et en revenir, d’emprunter une version 2015 du Ford Focus à mes collègues et amis de LaSalle Ford.

Comme il n’en avait aucun de disponible, Jonathan Charest et Denis Proulx m’ont proposé de prendre un Ford Fiesta. J’ai accepté avec grand plaisir. Comme je vous le mentionnais dans le compte-rendu d’un essai routier précédent sur le RAM 1500, j’aime bien, pour des raisons sécuritaires, faire un examen visuel de la carrosserie, des pneus et des phares de tout véhicule que je m’apprête à conduire avant d’en prendre le volant.

Pour ce qui est du Fiesta 2015, j’ai été surpris par ses dimensions. Vue de l’extérieur, le Ford Fiesta parait de taille égale sinon très légèrement inférieure à celle de mon véhicule actuel, le Ford Focus 2010. Ses lignes, par contre, sont beaucoup plus raffinées et son allure, plus aérodynamique, le nez du véhicule étant conçu, je crois, pour réduire la résistance de l’air, pour permettre une conduite automobile plus intéressante tout en assurant une tenue de route plus sécuritaire. Tout cela pour dire que le Fiesta 2015 est attrayant et élégant. Il a sûrement été repensé depuis sa création, comme ils disent, et c’est une bonne chose.

Malgré les quelques kilos en trop qui me caractérisent, je me suis glissé aisément à l’intérieur du véhicule. C’est agréable de ne pas avoir à se contorsionner pour prendre place derrière le volant d’une voiture. Pour moi, c’est une raison de plus pour dire que c’est « Facile d’embarquer avec Ford ». J’ai aimé entendre le bruit sourd que produit la porte du conducteur lorsqu’on la ferme. Le son est souvent révélateur. Du moins il l’a été dans ce cas-ci. J’ai senti que ce n’est pas de la ferraille que j’avais entre les mains. Je suis convaincu que le concepteur et le fabricant du Ford Fiesta ont eu la volonté de construire et de livrer un véhicule de qualité supérieure. C’est rassurant, en tout cas !

Avant même de démarrer le véhicule, j’ai pris conscience de tout l’espace intérieur que le véhicule offre et de la disposition judicieuse des boutons de contrôle sur le tableau de bord. J’ai ajusté mon fauteuil, le rétroviseur intérieur, les rétroviseurs extérieurs, le climatiseur et la radio en un rien de temps. J’aurais pu jumeler mon iPhone avec le système mains-libres SYNC mais j’ai choisi de ne pas procéder plus loin avec ça. J'aurais aussi pu activer les sièges chauffants, parce qu'il y a des sièges chauffants,  mais comme il faisait déjà 26 degrés à l'extérieur, j'ai passé outre. Je me sentais en pays de connaissance pour utiliser une expression populaire, car cela a été facile de configurer le véhicule pour qu’il s’adapte à mon style de conduite et à mes goûts. Tout est tellement clairement identifié. J’aime beaucoup la façon dont le manufacturier a intégré les fonctions essentielles au volant. Nous retrouvons le contrôle de la radio ou du système téléphonique mains libres de SYNC à gauche et les boutons du régulateur de vitesse à droite.

Je localise promptement la fente d’insertion du lecteur CD et l’endroit où brancher ma clef USB. Celle-ci est pleine de morceaux et de pièces musicales en format MP3 que j’adore écouter en conduisant. Je suis un amateur de musique et j’apprécie que, par la qualité des composantes choisies et le déploiement astucieux de nombreux haut-parleurs, les systèmes de son automobile rendent justice aux auteurs-compositeurs et interprètes en livrant une qualité sonore supérieure sans être obligé de hausser le volume au maximum. J’étais heureux de constater que dans le cas du Ford Fiesta, ces objectifs avaient été atteints.

Ceci étant dit, d’un geste rapide et sans hésitation, je boucle ma ceinture et je lance le moteur. Tout se passe en douceur. Le fait de ne pas entendre le bruit du moteur démontre que le confort auditif des passagers a été pris en considération par le manufacturier.

L'écran m’indique que j’ai suffisamment d’essence pour l’aller-retour. Il me dit que j’ai une autonomie de 133 kilomètres. Je démarre et je suis agréablement surpris de la facilité avec laquelle je manipule le volant. La direction assistée du Ford Fiesta est absolument formidable. Elle est extraordinaire, en fait, car je ne déploie aucun effort à tourner le volant dans tous les sens. J’aurais pu conduire le véhicule avec seulement un doigt si j’avais voulu, mais je tenais à garder mes deux mains sur le volant comme on me l’avait montré voilà plusieurs années déjà lors de mes cours de conduite, la main gauche à 10 heures et la droite à 2 heures.

J’ai appuyé légèrement sur l’accélérateur et j’ai réalisé immédiatement pourquoi on apprécie tant conduire le Ford Fiesta : les chevaux-vapeur sont fringants sous le capot. J’ai senti la force d’accélération quasi instantanément. Ce fut excitant ! J’ai emprunté le boulevard La Vérendrye, direction Verdun, j’ai atteint la vitesse de croisière de 50 kilomètres / heure assez aisément et rapidement. La tenue de route était impeccable et les changements de voie, également. J’aurais cru que je flottais tellement la conduite était douce. J’avais l’impression de rouler trop rapidement quand j’ai détecté au loin des voitures de la SPVM, gyrophares allumés et que j’ai vu les agents qui distribuaient de contraventions. Ils étaient là très tôt le matin, je pense, car ils étaient tous encore en pyjamas, certains de couleur rose. Un coup d’œil rapide et facile à l’odomètre à travers les ouvertures du volant m’a laissé voir que je roulais en deçà de la limite permise à 48 kilomètres / heures.

Au cours de ma randonnée, j’ai dû composer avec de multiple feux de circulation et autant d'arrêts obligatoires, ce qui m’a permis de constater que le système de freinage répondait efficacement aux demandes constantes et repétées de la signalisation routière de LaSalle et de Verdun.

Bien qu’elle ait été assez longue pour me donner une bonne appréciation de ce que c’est que de conduire un Ford Fiesta 2015, j’aurais souhaité tout de même que mon escapade à Verdun ait été un peu plus longue afin de jouir plus longtemps de cette expérience de conduite fort agréable.

Autres Articles

Tous les articles >
Plus de détails
Choisir entre Ford Edge 2017, le Kia Sorento ou le Hyundai Santa Fe à Montréal
31 mai 2017
Choisir entre Ford Edge 2017, le Kia Sorento ou le Hyundai Santa Fe à Montréal
Lire la suite > >
Plus de détails
Les véhicules électriques et hybrides de Ford : un modèle pour tous les besoins
30 mai 2017
Les véhicules électriques et hybrides de Ford : un modèle pour tous les besoins
Lire la suite > >
Plus de détails
Ford Escape 2017 contre Nissan Rogue 2017 à Montréal : deux VUS de qualité
29 mai 2017
Ford Escape 2017 contre Nissan Rogue 2017 à Montréal : deux VUS de qualité
Lire la suite > >
LaSalle Ford